Le Maroc peut-il sièger au Comité onusien contre la torture ?

Saâdia Belmir

Saâdia Belmir

Rabat.- C’est une blague et elle est vraiment de mauvais goût. Une magistrate marocaine, Saâdia Belmir, a été réélue membre du Comité onusien contre la torture. Réélue parce que c’est la deuxième fois et qu’elle siège dans ce comité depuis 2005.

Les qualités personnelles de Mme Belmir ne sont pas en cause, elle est même, vu son cursus universitaire, habilitée d’une certaine manière à siéger dans ce comité puisque détentrice, nous signale son CV, d’un « diplôme international des droits de l’Homme » obtenu à l’Institut international des droits de l’Homme à Strasbourg.

Le problème réside dans l’Etat qu’elle représente. Le Maroc peut-il impunément siéger dans « un organe composé d’experts indépendants qui surveille l’application par les Etats parties de la Convention contre la torture et autres peines pour traitements cruels, inhumains ou dégradants, adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU le 10 décembre 1984 et entrée en vigueur le 26 juin 1987 », comme le présente sa note de définition  ?

Absolument pas ! L’Etat marocain et son bras armé le Makhzen, et autres appendices, pratiquent toujours la torture dans les commissariats et les prisons du royaume, dont certaines sont secrètes et illégales, comme celle de la DST, hier installée à Témara aujourd’hui à Aïn Aouda, toujours dans la banlieue de Rabat.

Tapez sur Google le nom de Zakaria Moumni, l’ex-champion du monde de boxe thaïe, ou celui du Lyonnais d’origine marocaine Mostafa Naïm et vous verrez de quoi sont capables les barbouzes marocaines au moment de pratiquer une gégène bien de chez nous. Et si vous voulez des détails cherchez l’histoire de Bouchta Charef sur YouTube

Et puis, il suffit de jeter un simple coup d’oeil hâtif aux rapports des plus prestigieuses ONG internationales pour ne pas se perdre dans les méandres des interprétations sur ce qu’est la torture Made in Maroc.

D’ailleurs, les magistrats marocains refusent systématiquement les demandes d’enquête de prévenus assurant avoir été torturés par la police ou la DST.

Saâdia Belmir mérite-t-elle de siéger dans ce comité ? Si c’est à titre personnel, peut-être que oui. Mais pas en tant que représentante de l’Etat du Maroc.

Rappelez-vous l’histoire du chameau et de sa bosse.

 

Amine Bouderaâ: Le Maroc peut-il sièger au Comité onusien contre la torture ?

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...