La LIBYE et les Pays Africains face à la Justice Internationale

NIGER. Un passport diplomatique à Bashir Saleh : de qui se moque t-on ?

Un ancien proche collaborateur de Mouammar Kadhafi, non recherché par la Cour pénale internationale (CPI), a reçu un passeport diplomatique au Niger où il a été nommé conseiller à la présidence, a-t-on appris hier de sources proches de la police à Niamey. Sur ce passeport diplomatique il est écrit que l’interessé Bachir Saleh Bachir  est né en 1946 à Agadez. Mr Bachir, outre les fonctions de directeur de cabinet du Guide libyen déchu, dirigeait en son nom le puissant fonds libyen d’investissement Libyan African Investment Portfolio. Sa promotion risque de tendre un peu plus les relations, compliquées, entre Niamey et le nouveau pouvoir libyen. Le Niger héberge près de 230 000 réfugiés de Libye, y compris d’anciens mercenaires de Mouammar Kadhafi, et a également accordé l’asile à l’un des fils du Guide déchu, Saadi. Cette info publiée par Reuters qui a relayé la manchette du journal L’Evénément du Niger doit nous inquièter à plus d’un titre.

Qui a autorisé cette farce de mauvais goût ? Comment peut-on sans sourciller, sans penser aux conséquences d’une telle forfaiture sur nos compatriotes basés en Libye, établir un tel document ? Est-ce qu’en légalisant ce document faux pour faire usage de faux, le président Issoufou et Bazoum Mohamed ont un temps soit peu pensé à l’image du pays et à ses habitants. D’accord qu’on protège à titre humanitaire toute personne en danger mais de là à jeter notre communauté vivant en Libye à la merci des loubards, il y a un pas que les autorités ne doivent pas franchir.

Questions ? Nos autorités ont-elles reçu des garanties d’impunité pour offrir un tel sésame à Bashir Saleh? Issoufou et Bazoum ont-ils eu des garanties de certains pays occidentaux engagés dans la guerre contre la Libye pour agir  de la sorte? En retour de quoi? La question qu’on se pose est celle de savoir si Bashir Salah n’avait pas joué double jeu en signalant tous les faits et gestes  de feu Khadaffi à ses ennemis qui les récompensent en le protégeant. Tout est possible.

***

MAURITANIE. Extradition Senoussi: Nouakchott prendra “tout son temps” avant de décider

La Mauritanie continue d’examiner les demandes d’extradition d’Abdallah al-Senoussi, ex-pilier du régime libyen de Mouammar Kadhafi arrêté à Nouakchott, et prendra “tout son temps” avant de décider, a affirmé mercredi à l’AFP une source proche du dossier.

“Nouakchott n’est pas pressé, dans ces cas, il faut respecter des normes et des procédures” et “la Mauritanie prendra tout son temps”, a déclaré cette source sous couvert de l’anonymat.

Cette déclaration dément celle faite mardi par le premier vice-Premier ministre libyen Moustapha Bou Chagour sur son compte Twitter après un entretien à Nouakchott avec le chef de l’Etat mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz.

“J’ai rencontré le président de la République mauritanienne et il a accepté l’extradition de Senoussi vers la Libye”, avait écrit M. Chagour.

Un haut responsable de la délégation libyenne à Nouakchott avait refusé de commenter cette déclaration.

Outre celle de la Libye, M. Senoussi, arrêté le week-end dernier à l’aéroport de Nouakchott, fait aussi l’objet d’une demande d’extradition de la France pour son rôle dans l’attentat contre un avion d’UTA en 1989, ainsi que d’une demande de remise de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité.

La source interrogée par l’AFP a répété ce que le dirigeant libyen lui-même avait dit à la presse à l’issue de son audience avec M. Aziz, avant d’écrire sur son compte Twitter, à savoir qu’il avait été promis “du positif” à la Libye.

Mais, a ajouté cette source, cette affaire “reste soumise aux lois du pays, à la justice mauritanienne et à ses options”. Elle a confirmé que la délégation libyenne avait reçu l’autorisation de “visiter Senoussi pour s’assurer de son identité”, mais qu’elle “n’a pas été autorisée à l’interroger”.

“Le haut responsable du système Kadhafi constituait un danger, non seulement pour son pays, mais également pour toute la région”, a ajouté cette source. “Ce danger est maintenant écarté, c’est pourquoi la Mauritanie s’est investie pour son arrestation qui doit servir toute la région et même au-delà”, a-t-elle dit.

Arrivée lundi à Nouakchott depuis Paris par un vol régulier, la délégation libyenne devait quitter Nouakchott mercredi à bord d’un avion spécial.

 

Voir aussi Mauritanie : Un collectif d’avocats pour défendre Al-Senoussi

 

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...