COTE D’IVOIRE : extension compétence CPI à 2002

Ca y est, c’est fait : la compétence de la cour pénale internationale vient d’être étendue à l’année 2002. Autrement dit, en d’autres termes, au lieu de ne renvoyer devant la cour que les faits commis après les dernières élections, on va désormais étendre le champ des investigations jusqu’en 2002, date de la tentative de coup d’état qui, après son échec cuisant, a fait basculer la côte d’ivoire dans le chaos et l’horreur de la guerre civile .

Pourquoi un tel réajustement, maintenant, alors que, bien que tombant sous le coup du sens, la communauté internationale, tombeuse de Laurent gbagbo sur instigation de la France et des états unis , n’y a jamais accordé la moindre importance ?
Simple et logique, tout bien pensé : la priorité étant, en premier lieu, de se débarrasser, et ce  par tout les moyens, du gêneur Laurent Gbagbo,  pour le reste, bah….. » on verrait bien « .

Maintenant que le but est atteint, au delà de toute attente avec l’enfermement de l’ancien président, on pense  » enfin « à restituer au droit ses droits. Dès lors, comment interpréter ce retournement de veste  qui, avouons le, nous laisse quelque peu sceptiques !! ??
La question mérite d’être posée, ajouté à cela toutes ces voix s’élèvant un peu partout pour prédire un tsunami dévastateur qui risque bien de mettre à mal nombre de républiques et pire, de causer de longues nuits d’insomnies à plusieurs dirigeants et autres chefs d’état « de la haute ».

Remonter ainsi les faits ne peut que mettre à nu les causes originelles de toutes les accusations articulées contre l’enfant terrible de  Mama et, du même coup, tracer toute la chaîne de responsabilités. C’est bien là que les choses risquent de devenir  » caillou »  pour tous ces enragés de  guerre n’ayant guère hésité, le moins du monde,  à déclencher un conflit qui, si l’on remonte à ace stade, aura causé bien plus que ces prétendus 3000 morts que tous ces médias s’évertuent, inlassablement et de façon répétitive, à attribuer à l’ex président Ivoirien.

Comment réussir à manœuvrer sans relever les soutiens politiques, financiers, diplomatiques, militaires …. qui ont permis à cette tentative de coup d’état de voir le jour et de se muer en rébellion avec les crimes multiples qui ont suivis? Le procès à venir risque bien de déclencher l’hilarité de nombreux admirateurs de l’ancien homme fort de côte d’ivoire car il va de soit que de nombreux chefs d’états de la sous région ( pour ne citer qu’eux ) auraient toutes les peines du monde, et ce n’est qu’un euphémisme,  à se  dégager de  leurs responsabilités.

La France du vieux Chirac, dont le leadership dans ce dossier n’aura aucun mal à être établit, devra répondre de bien d’accusations et notamment de celles ayant, par agissement  hors  mandat onusien, provoqué des crimes dont les qualifications établissent la compétence de la cour pénale internationale. Jacques Chirac aura beau se cacher une fois de plus derrière son alzheimer, rien n’y fera. Entre les emplois fictifs à la mairie de Paris et les milliers de morts engendrés par la rapacité de quelques dirigeants, il y a tout un monde.

Idem pour la France de Sarkozy car ce dernier n’a pu renverser  gbagbo qu’en interprétant abusivement le mandat onusien.  Soulignons d’ailleurs que ce dernier ne sera certainement plus couvert par son immunité dans quelques mois et que par conséquent, il n’aura aucune chance d’abuser de quelconques pirouettes judiciaires pour masquer ses responsabilités flagrantes dans cette affaire puante à mille lieues.

En définitive, une chose semble malheureusement sûre :  il apparait plus qu’ improbable que toutes les conséquences de cette extension de compétence soient tirées. On peut toujours rêver d’une soudaine volonté d’indépendance et de justice de la cpi, d’une brusque détermination de sa part d’asseoir définitivement sa crédibilité en frappant fort et très haut mais malheureusement, il faut bien se rendre à l’évidence que dans cette affaire, la barre est placée bien trop haut et c’est tout le système qui en prendrait un coup ( et ce, la CPI elle même pour avoir, volontairement ou pas, collaboré depuis le début à ce sombre  complot )

Le plus probable, au delà d’une cote mal taillée qui libérerait l’ancien président ivoirien des liens de la prévention et qui éviterait d’engager des poursuites contre d’autres personnalités au pouvoir,  c’est de s’acharner encore plus sur la victime  Gbagbo ainsi que quelques lampistes du pouvoir.

Parions cependant qu’en homme averti et sacré joueur d’échecs,  le détenu de la Haye, assisté de ses avocats, et soutenu par tant d’Africains à travers le monde, aura déjà anticipé la manœuvre et sortira les arguments qu’il faut, à la superbe tribune qui lui sera offerte,  histoire de déjouer les plans funestes et machiavéliques orchestrés contre sa propre personne . Peut être bien alors que toute cette fumisterie sera mise à jour et les responsabilités évoquées. Qu’on se le dise bien : de ce procès retentira peut être le gong de l’histoire.

 

Côte d’ivoire : extension compétence CPI à 2002, et si retentissait le gong de l’histoire ?

 

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...