TOGO: SOS Journalistes en danger

Mémorandum 2011 sur les entraves à la liberté de Presse au Togo

L’année 2011 qui vient de s’achever a encore été marquée par de graves entraves au libre exercice de la liberté de presse au Togo. Menaces de mort, agressions physiques, plaintes et condamnations fantaisistes par le bais d’une justice instrumentalisée et aux ordres, mises en demeure des radios, convocations intempestives suivies de séances d’injures, de menaces et d’invectives à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), répression de manifestation pacifique des journalistes. Tels sont les moyens par lesquels le pouvoir en place a tenté d’empêcher le libre exercice de la liberté de presse et de la liberté d’expression au Togo au cours de l’année 2011.
Faut-il le rappeler, la liberté de presse au Togo a connu  des avancées majeures en 2004 sous la pression des organisations professionnelles des médias et de l’Union Européenne (UE) avec la dépénalisation du délit de presse et la révision de loi organique relative à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication. Malgré ces avancées consacrées par des lois, des méthodes pernicieuses sont déployées pour restreindre le libre exercice du journalisme au Togo.  Il est évident à ce jour que de sérieuses menaces planent sur la liberté de presse au Togo et il y a lieu de se mobiliser pour barrer la route à ceux qui tentent de réduire au silence les journalistes afin de gouverner le pays dans l’opacité totale. Il est donc de notre devoir en tant qu’association de protection et de sauvegarde du libre exercice de la profession du journaliste, de répertorier toutes ces entraves et d’inviter les journalistes, les organisations de défense des droits de l’Homme, les partis politiques, les populations ainsi que les partenaires du Togo à prendre conscience des menaces qui pèsent lourdement sur la liberté de presse au Togo.

***

Toutes ces dérives constatées au cours de l’année 2011 doivent nous inciter à plus de mobilisation et d’engagement pour la sauvegarde des acquis de la liberté de presse au Togo. C’est pour cette raison que SOS Journaliste en Danger estime que la composition de la HAAC actuelle reste une préoccupation majeure. D’abord, de par sa politisation en violation de l’article premier de la Loi organique  qui dit : « La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), ci-après dénommée la Haute Autorité, est une institution indépendante vis-à-vis des autorités administratives ; de tout pouvoir politique, de tout parti politique, de toute association et de tout groupe de pression». En effet, la plupart des membres actuels de la HAAC sont des barons de partis politiques et peinent à se débarrasser de leur manteau de militant. Certains continuent d’ailleurs à mener des activités pour le compte de leur parti politique dans leur région d’origine. C’est ainsi que lors des fameuses séances d’échanges à la HAAC, certains membres de cette institution  se chargent de régler des comptes à certains journaux qui ne sont pas tendre vis-à-vis des choix de leur parti. Il faut se battre pour que la HAAC ne devienne pas un instrument déguisé des politiques contre les journalistes. C’est pour cette raison qu’elle doit cesser d’être un cadre de recyclage des hommes politiques en perte de vitesse pour devenir une institution des journalistes.
La Constitution togolaise offre la possibilité à tout citoyen invité devant une institution constitutionnelle de se faire assister d’un conseil. Dans ce sens, pour éviter que les séances d’invitation pour des échanges à la HAAC ne deviennent un cauchemar pour les journalistes, SOS Journaliste en danger met à la disposition de tout journaliste convoqué par la HAAC et qui le souhaite, une liste d’avocats et d’organisations des droits de l’homme afin de se faire assister.
Enfin la fermeture illégale et prolongée de X-Solaire étant une imposture et une volonté manifeste de réduire certains médias au silence, ce qui est contraire aux dispositions de la Constitution togolaise en son article 26 alinéa 3 : «  La presse ne peut être assujettie à l’autorisation préalable, au cautionnement, à la censure ou à d’autres entraves. L’interdiction de diffusion de toute publication ne peut être prononcée qu’en vertu d’une décision de justice », SOS Journaliste en Danger poursuit la réflexion et invite les populations à se tenir prêt pour répondre au mot d’ordre qu’elle entend lancer dans les prochains jours pour la réouverture de la radio X-Solaire.

 

Plus d’information sur: I- Menaces de mort; II- Plaintes et condamnations; III- Mises en demeure des radios, convocations intempestives et séances d’invectives à la HAAC; IV-Agression des journalistes sur les lieux de reportage par les forces de sécurité; V- Fermeture de la radio X-Solaire sur LeTogolais.com…

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...