BURKINA FASO: Donnez-nous 2012 baguettes magiques !

… Et que la nouvelle année soit belle, riche, et tout, et tout… C’est la saison des vœux avec son lot de surenchères, de vaines répétitions, de désirs utopiques. Mais, que voulez-vous, il faut bien parfois croire dur comme fer à ses rêves et espérer que l’année nouvelle apportera, c’est obligé, plus de joies dans les marmites et les «Rues princesse»…

 

Dure, dure aura été l’année qui s’achève pour le «pays des Hommes intègres» et ses habitants. Les séquelles de la férule des mutineries et des casses tous azimuts qui ont mis la nation sens dessus-dessous sont encore là en cette fin d’année sans réjouissances véritables lors de la célébration, le 11 décembre, de la fête nationale. Et même si d’aucuns veulent bien croire que le plus dur est derrière, rien ne dit véritablement que par-delà la litanie des vœux, toujours les mêmes psalmodiés chaque fin d’année, «demain il fera beau sur la grande route».
Avec ses 2000 et onze problèmes, l’année 2011 s’achève en effet sur une note plutôt sombre pour le monde entier: hiver islamiste pour saluer les lendemains du printemps arabe, euro en réanimation accélérée, élections toujours contestées en Afrique… et l’on peut légitimement se demander si 2012 -abracadabra!- apportera 2000 et douze solutions magiques à l’embrouillamini actuel de la carte du monde. Même la mort de Kim Jung-il, «Grand leader» d’un pays hors du temps, ne semble apporter, pour l’heure en tout cas, aucun parfum de jasmin à la Corée du Nord. Mais occupons-nous de nos casseroles! Ici au Faso où la vie dure sera encore plus dure, l’année 2012 sera notamment marquée par le récurrent débat sur la révision ou non de l’article terrible de la Constitution, 37e du nom, qui dresse en l’état un barrage au renouvellement du bail de Kosyam à l’enfant terrible de Ziniaré. Après avoir fait «on monte, on descend» à Simonville et dans les régions, la limitation à deux quinquennats du mandat présidentiel tient toujours tête au consensus prôné par le Conseil consultatif sur les réformes politiques (CCRP). Bobognessan Article 37 a beau pousser, pousser fort, user de diplomatie et de tact politique, la réforme achoppe sur ce point précis-là. Au point que l’on envisage désormais de faire passer la pilule autrement.

Non! Pas comme «Le Faso autrement» d’Ablassé qui, parole de fils de Dabaré, marquera davantage son «autrement» sur la scène politique en 2012. D’ailleurs, il ne sera pas seul, l’Ablassé! Zeph Areva a un peu sorti les griffes de son Union pour le progrès et le changement (UPC), sur fond de chinoiseries diplomatiques avec Docteur Honoré, bien calé sur «son» Île de Formose. «Autrement», «Changement», «Réformes», «Article 37»… il y a décidément de quoi meubler 2012, cette année phare où le Faso organisera, pour la première fois, des élections couplées avec un fichier proprement biométrique! A ce train-là, il va falloir un nouveau Collège de sages pour produire un rapport nouveau sur l’art de sauver l’article 37 d’une mort annoncée, tout en réformant autrement le changement que tout le monde appelle de ses vœux de nouvel an! A Simonville et ailleurs, tout le monde vous le dira, la justice de la rue fait bon ménage avec la «yel kayé-mania». Pendant ce temps, chacun grouille pour se positionner aux portillons des prochains conseils municipaux et du parlement. Des partis politiques cliniquement morts depuis Yennenga jouent des coudes et de l’esprit pour se donner une virginité toute neuve, alors même qu’on recherche un «Zorro» pour mettre bon ordre dans toute cette pagaille. En 2012, pour faire un pas de plus vers l’émergence, il faut donner, c’est sûr, un grand coup de balai dans cette masse difforme de 160 partis et formations politiques qui se marchent dessus les uns les autres dans un cafouillage et une incompréhensibilité terribles.

Aïe! il faut cependant rendre au Blaiso ce qui est à http://www.leblaiso.net. L’enfant terrible de Ziniaré a décidé de se mettre dans l’air du temps et de créer son blog personnel. En 2012, l’enfant terrible de Ziniaré bloguera donc ferme pour exposer ses vues sur les graves questions qui… questionnent le Faso, mais aussi le monde. On peut même créer son profil sur le blog du Blaiso national et discuter avec lui sur toute question, les yeux dans les yeux, clic contre clic. Si ce n’est pas l’émergence, ça, qu’est-ce donc l’émergence? Alors, célébrez la fête de l’émergence, faites vos vœux et 2012 sera plus belle! S’il plaît à Dieu, Allah, Bouddah et au wack de Goama…

 

Le Journal du jeudi: Donnez-nous 2012 baguettes magiques !

 

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...