SENEGAL: L’Etat force à l’oubli, mais le traumatisme demeure

Neuf ans jour pour jour après la tragédie du « Le Joola », le deuil n’est toujours pas fait au sein des familles des victimes. Parce que justice ne leur a toujours pas été rendue et que l’épave du navire qui assurait la liaison maritime Dakar-Ziguinchor garde ses secrets. Il est question de renflouement du côté des familles des victimes, mais l’Etat du Sénégal prône l’oubli et se refuse à cette solution. Le traumatisme demeure.

 

Jamais dans l’histoire de l’humanité, la mer n’avait emporté autant de personnes d’un seul coup. Même le naufrage du Titanic, pourtant plus grand paquebot du monde, n’a fait autant de victimes. Et du naufrage du Ms « Le Joola », l’histoire retient que, avec son bilan macabre de 1863 morts, il a fait plus de victimes que le Titanic qui avait vu périr 1513 de ses passages pour 800 rescapés. Un bilan contesté par les familles des victimes qui font cas de 1953 morts.

Des morts restés au fond de l’océan car seulement 500 corps avaient été récupérés et inhumés à Dakar et Ziguinchor et aussi en Gambie pour certains. Et si 800 personnes avaient survécu lors du naufrage du Titanic, en 1912, dans la tragédie du « Le Joola », en 2002, seuls 64 rescapés ont été enregistrés.

Ainsi, neuf ans jour pour jour après ce drame survenu le 26 septembre 2002, au large de la Gambie, alors que « Le Joola » faisait cap sur Dakar, en provenance de Ziguinchor, la vérité n’est toujours pas connue. Pis, l’Etat du Sénégal force à l’oubli, alors que les familles des victimes, qu’elles soient sénégalaises ou étrangères, françaises notamment, réclament toujours justice. Une justice qu’elles n’auront pas auprès du Sénégal. Car le dossier a été classé sans suite par la justice qui a mis l’entière responsabilité du drame sur le dos du seul commandant de navire, le capitaine Diarra disparu dans le drame. Et pour mieux faire passer la pilule, l’Etat sénégalais a négocié avec les familles et proches des victimes une indemnisation à hauteur de 10 millions de francs Cfa par personne.

Les orphelins déclarés « Pupilles de la nation » par le Président Abdoulaye Wade sont laissés en rade depuis lors. Pour effacer ce drame de la mémoire collective, le gouvernement de l’Alternance qui en est, à vrai dire, le seul responsable, va même jusqu’à ne presque plus commémorer cette date du 26 septembre. Pis à la Place du souvenir où avaient eu lieu les fameuses funérailles nationales – devenu un bijou architectural – aucune manifestation célébrant le drame n’y est autorisée.

Le souvenir n’est donc plus entretenu et les causes qui ont induit le drame sont désormais vécues au quotidien par les Sénégalais. Car si « Le Joola » a sombré, en ce jour du 26 septembre, c’est bien parce que techniquement il n’était pas paré, avec un des deux moteurs qui n’était en très bon état, mais c’est aussi parce qu’il était surchargé, autant en marchandises qu’en hommes. Car des 500 passagers environ, capacité du bateau, il y avait à bord près de 2000 personnes. Soit trois fois plus que sa capacité normale d’accueil. C’est dire que l’irréparable était inévitable. Mais dans cet irréparable, l’Etat du Sénégal, le président de la République, a décidé qu’il n’y avait pas de responsable. Pas de responsable, donc pas de coupable.

La justice française dernier espoir de « vérité » pour les familles des victimes

Mais si le Sénégal a fait encore dans le fatalisme en mettant tout sur le compte de la volonté divine, du côté de la France, les familles des victimes françaises continuent de réclamer justice. Ainsi, ont-elles porté plainte devant le tribunal d’Evry. La justice française a de ce fait ouvert une enquête et fait établir un rapport d’expertise. Suite à ce rapport, le juge français Jean Wilfrid Noël a délivré des mandats d’arrêt internationaux contre neuf responsables sénégalais, dont l’ancienne Premier ministre Mame Madior Boye, le ministre des Forces armées d’alors Youba Sambou et le chef d’Etat-major des armées, le général Babacar Gaye, entre autres.

Mais l’Etat du Sénégal, qui n’est jamais venu en aide aux victimes et à leurs familles, s’est porté défenseur de ces personnalités. Au final, Mme Boye et M. Sambou ont été effacés de la procédure en 2009. L’annulation du mandat d’arrêt contre eux a été confirmée en janvier 2010 du fait de l’immunité liée à leurs fonctions.

N’empêche, des responsables sénégalais que la justice française estime en mesure de l’éclairer sur ce drame sont toujours sous mandat d’arrêt. C’est ainsi que sept responsables civils et militaires sénégalais sont encore sous le coût de mandats d’arrêt internationaux pour les chefs d’homicides involontaires par violation délibérée d’une obligation de sécurité et défaut d’assistance à personnes en péril. D’ailleurs, l’un d’eux, Gomis Diédhiou, chef du Bureau de la sécurité maritime lors du naufrage, a été arrêté en octobre 2010 à Paris.

Pour ce qui est de l’instruction judiciaire, elle a été bouclée, en France, depuis le 3 juin. A ce propos d’ailleurs, cité par l’Afp, Alain Versatche, président de l’Association des familles des victimes du Joola (Afv-Joola), regroupant des proches de 22 Français morts dans le naufrage, indique qu’une ordonnance de renvoi devant un tribunal correctionnel devrait être émise prochainement par la justice française. « Nous, familles des victimes, on est rassurés sur le fait qu’aujourd’hui, à la fin de cette instruction, le juge d’instruction émettra une ordonnance de renvoi qui terminera l’instruction. Et nous devrions aller en correctionnel et obtenir un procès. (…) Au moment où je vous parle, on est à ce point précis où l’on attend l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction », a déclaré M. Versatche à l’Afp.

 

Harouna DEME : L’Etat du Sénégal force à l’oubli, mais le traumatisme demeure

 

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...