MAURITANIE n’a eu que des chefs d’état arabo-berbères- extrémistes

L’extrémisme est un terme utilisé pour qualifier une doctrine ou attitude politique ou religieuse prônant l’action par tous les moyens pour arriver à ses fins. Les extrémistes maures prônent des valeurs hautement contestées et rejetées par l’opinion. Leurs actions extrémistes sont par conséquent des méthodes violentes et agressives ayant pour but la domination des noirs.

 

Les différents chefs d’état arabo-berbères qu’à connu ce pays depuis son indépendance à nos jours, ont tous adoptés des points de vues extrémiste, ils étaient persuadés de détenir  la  vérité. Ils considèrent à priori comme faux ce qui ne va pas dans le sens de l’arabisation qu’ils veulent imposer, sans fournir de preuves ou de raisonnement constrictif d’une Maurétanie unie,  multiculturelle, géographiquement pays trait d’union entre l’Afrique noire et l’Afrique blanche. Ils ont eu recours à des méthodes barbares extrêmement violentes pour éliminer les voix contestataires du système hégémonique arabe.
Comme leurs propositions font toujours face à des adversaires qui sont opposés par nature à cette arabisation forcée, l’acculturation, ils ont opté  aussi pour des méthodes radicales violentes qui sont souvent imaginées, préconisées ou employées pour imposer le système discriminatoire en outrance. Il y a eu plusieurs  assassinats entre 1987-1992, des déportations massives en vue de dénegrification du pays, le maintien des haratine, communauté la plus importante du pays sous le joug de l’esclavage, en assurance d’une base arrière en cas de conflit avec les autres communautés, une avalanche de putschs pour stopper la progression des idées progressistes dans le pays.
Avec le recensement actuel qui exclut les noirs et certaines tribus, la Mauritanie n’est plus à l’abri d’une rébellion fortement armée. Elle réunira pour la première fois les noirs et  certaines tribus arabes  qui sont exclues pour mater le pouvoir central de Nouakchott.  La révolte ou rébellion est un sentiment d’indignation et de réprobation face à une situation. Elle est aussi, dans un sens plus précis, le refus actif d’obéir à une autorité. Elle correspond donc à une large gamme de comportements : désobéissance, tentatives d’insurrection, mutineries, contestations, tollés suite à des injustices réitérées etc..
Refus d’une situation de soumission, la révolte a pour objectif de réduire une inégalité sociale, économique, religieuse, nationale en obtenant de nouveaux droits. Elle se fait dans une perspective réformiste. Refus d’obéissance à une autorité jugée inégalitaire, dictatoriale, se sont principalement des révoltes contre l’État  par exemple : émeutes, anti-enrôlement, mutineries. Mise en place d’un nouveau gouvernement, ce type de révolte a un objectif clair, la recherche de nouveaux dirigeants, mieux à même de représenter la société dans son ensemble sans discrimination raciale et religieuse.
La révolution en marche, a bas l’autocratie autoritaire militaro-mafieux en Mauritanie.

Diko hanoune, Haratine: Mauritanie n’a eu que des chefs d’état arabo-berbères- extrémistes.

 

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...