SENEGAL: Projet de base militaire Canadienne, enjeux et perspectives

Le journal « Le Devoir » de Montréal, dans son édition du 02 juin 2011, fait part de la volonté du Canada d’implanter au Sénégal une base militaire dans le cadre de son projet de « Réseau de soutien Opérationnel ». Certains analystes des questions internationales semblent justifier ce projet par le besoin du Canada d’avoir une présence à certains endroits du globe d’où ses militaires pourraient partir en cas de besoin.

Cependant, ce projet canadien doit être analysé sous l’angle plus large d’une tentative de redéploiement militaire de l’impérialisme à différents endroits du globe (dont le Sénégal), afin de renforcer son hégémonie, et continuer à assurer sa domination sur le reste du monde.

Ce projet, présenté comme un accord classique de coopération bilatérale, ne peut être seulement abordé sous l’angle technique, Car il est un sujet éminemment politique avec des enjeux géostratégiques énormes. En effet, depuis plusieurs années, les Etats Unis tentent de faire la même chose pour mettre en place leur projet d’implantation d’AFRICOM (United States African Command) à l’intérieur du continent Africain. Un projet qui a été rejeté presque unanimement par tous les pays, même leurs alliés les plus proches comme l’Ouganda, le Rwanda et le Liberia.

Par ailleurs, la France qui, à un certain moment avait pensé retirer certaines bases, s’est ravisée par la suite en optant pour une rationalisation et un redéploiement sélectif. C’est donc dire que toutes ces démarches (américaine, Française et aujourd’hui Canadienne etc.) visent qu’une seule chose : avoir pied sur le continent pour continuer à le contrôler politiquement et économiquement, car l’accès (quasi-libre) aux ressources énergétiques africaines va être déterminant dans les décennies à venir.

La ville de Toronto est la capitale des multinationales et firmes Canadiennes évoluant dans le domaine des mines. Elle abrite le TSE (Toronto Stock Exchange) où sont listées toutes ces sociétés (Barrick Gold etc..) qui s’activent de plus en plus en Afrique souvent en parfaite collision avec des pouvoirs locaux dans une entreprise de spoliation des richesses du continent.

Le système mondial tel qu’il est configuré aujourd’hui, tend à vouloir dépolitiser ces questions fondamentales (présence de base militaire etc..), pour les présenter comme des problèmes classiques de coopération donnant – donnant profitant à tout le monde.

Il se trouve que ce système, pour se pérenniser au niveau mondial doit absolument maintenir sa suprématie sur le plan militaire, sur le contrôle des média de communication et sur le plan financier. Ainsi, toute stratégie de sa part, sera articulée par rapport à ces objectifs, qui lui permettent de continuer à maintenir sa position dominante.

La remise en cause de ces monopoles par les nouveaux pays émergents (brésil, Inde, Chine, Russie etc..), explique cette nouvelle phase de redéploiement militaire et la nervosité de l’occident à bout de souffle (Europe – Amérique du nord). Par conséquent, l’enjeu fondamental, demeure un enjeu de domination de nos pays. Les maigres miettes de retombées de telles stratégies ne doivent pas nous faire perdre de vue ces questions qui dans une certaine mesure détermineront l’avenir de nos populations dans les décennies à venir.

il est clair aujourd’hui que les enjeux relatifs aux questions sécuritaires comme la lutte contre le terrorisme et contre la circulation de la drogue en transit dans la sous région africaine ne sont en fait que l’emballage d’une stratégie savamment orchestrée pour s’implanter militairement sur le continent Africain afin de pouvoir le contrôler politiquement et économiquement. En effet, les richesses naturelles de l’Afrique seront déterminantes dans les décennies à venir.

C’est pourquoi les populations Africaines ont intérêt à se battre pour une démocratisation approfondie des institutions internationales telles que l’ONU, qui, il faut le déplorer tend de plus en plus à sous traiter certaines opérations a dimension militaire à des acteurs motivés que par leur propres intérêts géostratégiques (l’OTAN en Lybie et la Licorne en Cote d’Ivoire et …). De telles organisations, doivent être restructurées pour être plus démocratiques et refléter mieux , les vues des différentes composantes de l’humanité plutôt que de continuer à être instrumentalisé par les tenants de l’ordre mondial actuel qui l’utilisent de façon variable en fonction de leurs intérêts du moment.

 

L’Alternative Panafricaniste :

D’un point de vue sécuritaire, il nous faut démasquer d’abord ce projet Occidental s’appuyant sur des faux alibis de coopération. Faut il le rappeler, l’occident est dans bien des cas, à l’origine des conflits les plus meurtriers que le continent ait connu. L’exemple le plus patent étant le Congo, avec plus de 4 millions de morts en presque dix ans et un pillage systématique de ses ressources minières dont les nouvelles industries de télécommunications et de biens de consommation ne peuvent se passer.

Notre proposition porte sur la mise en place de mécanismes de sécurité collective au niveau du continent avec l’établissement par exemple de cinq zones géographiques dans les espaces Maghreb, CEDEAO, SADC, EAC avec des forces militaires africaines pré positionnées dans ses zones et la mise en place de mécanismes de prise de décisions politiques adéquates pour pouvoir intervenir et servir d‘élément dissuasif dans le cadre de la prévention des conflits, tout en étant prompte a intervenir militairement en cas de besoin pour rétablir la sécurité collective de nos populations.

Ces forces militaires devront être constituées par les pays africains proportionnellement à la taille de leurs armées nationales. Aussi, en période de paix, elles doivent être mobilisées pour des taches de développement (construction de ponts, de routes, d’écoles de poste de sante de reboisement etc.). Ceci pouvant se faire en parfaite synergie avec les populations civiles de la zone d’implantation de ses bases.

La sécurité avec l’AQMI (Al Qaida au Maghreb)aux portes du Sahara, les nouvelles routes de la drogue en provenance de l’Amérique Latine pour l’Europe avec comme points de transit l’Afrique de l’Ouest, sont des problèmes sous régionaux. Donc la réponse doit l’être tout autant.

Une base militaire Canadienne dans un quelconque pays de la sous région ne pourra au mieux que faire déplacer les problèmes dans ce pays vers ses voisins. En outre, les supposées retombées économiques au niveau du pays d’accueil, resteront toujours minimes. La priorité en Afrique doit être la lutte pour l’avènement de régimes démocratiques, progressistes, capables créer les conditions idoines de sortie du continent des affres du sous-développement. Il appert que seuls de tels régimes seront en mesure de faire progresser le processus d’intégration Africaine et permettre l’érection d’un bloc politiquement soudé pour faire cesser le pillage systématique dont l’Afrique est victime de façon continue depuis des décennies.

 

AMETH LO, Nettali, Projet de base militaire Canadienne au Sénégal : Enjeux et Perspectives

 

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...